Santé - Je souhaite un Terre Neuve je m'informe !

Félicitation vous avez décidez d'acquérir un Terre Neuve !!

L'essentiel à savoir concernant sa santé : HANCHE COUDE COEUR CYSTINURIE

PETIT LEXIQUE POUR COMPRENDRE LE VOCABULAIRE qui concerne la santé de mon futur Terre Neuve.

Comprendre les papiers officiels des parents pour  bien se renseigner auprès de l'éleveur ou de toute personne vous présentant un chiot, nouveau membre de votre famille.

 

LA CYSTINURIE

Tous nos chiens sont testés afin d'éviter tout accouplement dangereux (deux chiens porteurs ...) .
Ainsi, nous pouvons vous assurez des chiots indemnes de cystinurie .

La cystinurie est une maladie génétique due à l'accumulation de cystine dans le rein qui provoque la formation de calculs rénaux et des inflammations de l'appareil urinaire.
Le chien a des difficultés à uriner et peux présenter du sang dans les urines.
Ces symptômes apparaissent dès 6 mois chez le chien. Non soignée, cette pathologie peut conduire au dysfonctionnement du rein et à la mort du chien.

Antagène propose un test génétique pour dépister la cystinurie dans la race Terre-Neuve.
Environ 20% des Terre-Neuve sont porteurs de l'anomalie génétique responsable de cette maladie. Le chien "porteur sain" ne sera pas touché par l'anomalie, mais il transmettra l'anomalie génétique à la moitié de sa descendance.

Pourquoi tester les futurs époux ?

- dépister précocement les chiens porteurs sains
- sélectionner les reproducteurs et adapter les croisements
- éviter de produire des chiots atteints
- éviter de propager la maladie dans votre élevage et dans la race
- anticiper l'apparition de la maladie

 

LA DYSPLASIE DE LA HANCHE

Tous nos chiens sont radiographiés dès l'âge de 15 mois afin de réduire au maximum les risques concernant la maladie. (les résultats des tests sont enregistrés auprès du club de race qui les transmets à la Société Centrale Canine (SCC).

La dysplasie de la hanche est un développement anormal des articulations des hanches et repose généralement sur une base génétique. Un arsenal thérapeutique est disponible afin de gérer temporairement la douleur associée aux articulations des hanches. La chirurgie est néanmoins souvent nécessaire. La résection de la tête et du col fémoraux est généralement réservée aux patients de petite taille ; la triple ostéotomie du bassin est indiquée sur les animaux en croissance présentant peu de modifications arthrosiques ; la prothèse totale de hanche est une intervention de sauvetage utilisée chez les chiens de grande race.

Introduction :

· La dysplasie coxo-fémorale (dysplasie de la hanche) est due à un développement anormal de la hanche lors de la croissance. La tête fémorale et le cotyle ne s’articulent pas correctement. La dysplasie de la hanche engendre une laxité de l’articulation de la hanche. La tête fémorale et le cotyle (cavité articulaire) se déforment en s’aplatissant. De l’arthrose apparait sur l’articulation et est source de douleurs

· L’hérédité est un facteur majeur de dysplasie. Il peut arriver que les parents soient néanmoins indemnes de dysplasie, mais ils possèdent alors tout de même des gênes de la maladie.

· Les chiens montrent les signes de dysplasie de la hanche dès l’âge de 4 mois, mais le diagnostic est plus souvent réalisé vers 8 à 12 mois. Un diagnostic peut être porté vers l'âge de 6 mois. Vers 12 mois il est souvent trop tard pour traiter efficacement une dysplasie, bien que la radio officielle de dépistage se fasse à cet âge !

· L’intolérance à l’exercice, une démarche chaloupée, les sauts de lapin, la difficulté à se lever après un repos, une boiterie sur un postérieur, et parfois des cris de douleur sont des signes évocateurs caractéristiques.

Traitements :

· Une multitude de médicaments, notamment les anti-inflammatoires, est disponible pour le traitement symptomatique des douleurs. Si les médicaments administrés sont inefficaces, la chirurgie sera alors nécessaire

· Trois interventions différentes peuvent être proposées

· Si l'animal ne présente pas d’arthrose, une intervention reconstructrice (triple ostéotomie du bassin) peut être réalisée afin permettre un meilleur recouvrement de la tête fémorale

Si l'animal présente déjà de l’arthrose, une ou deux interventions peuvent être proposées : résection de la tête et du col fémoral et prothèse totale de hanche. La résection de la tête et du col fémoral consiste en la section et le retrait du col et de la tête du fémur de sorte qu’ils ne frottent pas contre l’acétabulum. Dans ce cas, l’organisme forme une fausse articulation et la douleur est soulagée. Cette intervention est recommandée pour les chats et les chiens de petit et moyen format.

La prothèse totale de hanche est indiquée pour les chiens de races grandes et géantes. Cette technique implique le remplacement de l’acétabulum par une cupule plastique et la substitution de la tête fémorale par un implant métallique

Traitements médicaux :
· Exercice physique contrôlé
· Pourvoir un couchage chaud et doux.
· Eviter les sols en ciment.
· Utiliser les médicaments prescrits.
· La physiothérapie est indiquée, notamment l'hydrothérapie sur Aquatrainer.

Taux de succès des chirurgies :

La prothèse de hanche est un succès dans plus de 90% des cas.

Chez les chiens de grande race, la résection de la tête et des hanches ne permet pas un retour à la normale, mais permet de réduire significativement la douleur ressentie par l’animal.
Les chats et petits chiens s’en accommodent très bien. La triple ostéotomie du bassin est un succès dans 90% des cas, mais il est possible que de l’arthrose apparaisse avec l’âge et tous les animaux dysplasiques ne sont pas des candidats à la triple ostéotomie.

Merci à ce site pour les exlications : http://www.aquivet.fr

 

 

LA DYSPLASIE DU COUDE

Là aussi, tous nos reproducteurs sont radiographiés toujours avant qu'ils ne reproduisent dans le but de réduire les risques liés à cette maladie.
La dysplasie des coudes est un terme général regroupant plusieurs affections, toutes responsable d'une évolution arthrosique

Le traitement est généralement chirurgical et permet l’amélioration clinique des symptômes. L’arthroscopie permet de réaliser dans le même temps le diagnostic et le traitement de l’affection sous-jacente; L’arthroscopie est une intervention mini-invasive qui permet une récupération plus rapide

Dysplasie des coudes :
· La dysplasie des coudes peut provoquer des boiteries chez les jeunes chiens de grande race. La dysplasie est souvent bilatérale
· La dysplasie des coudes est un terme regroupant 4 affections différentes: l’ostéochondrite dissécante, la non-union du processus anconé, la fragmentation du processus coronoïde, et l’incongruence du coudeS
· Ostéochondrite dissécante (OCD)
· Un fragment cartilagineux se détache partiellement ou complètement de la surface articulaire du condyle huméral médial. Une inflammation articulaire et une douleur apparaissent.
· Fragmentation du processus coronoïde médial
· Un petit fragment osseux situé à la face interne de l’articulation se détache de l’ulna (cubitus). Ce fragment irrite la surface articulaire et érode le cartilage de l’humérus adjacent.
· Non-union du processus anconé
· Un fragment osseux situé à l’arrière du coude ne s’est pas fusionné avec l’ulna durant la croissance. Normalement, ce processus osseux fusionne avec l’ulna vers l’âge de 16 semaines.
   Les races prédisposées sont les Berger Allemands, les Bassets, les Mastiffs et les Saint-Bernards
· Incongruence du coude
· La conformation de l’articulation est imparfaite, et le cartilage articulaire s’érode rapidement. De manière simplifiée, les surfaces articulaires ne s’emboitent pas correctement et il en résulte de l’arthrose

Diagnostic :
· Des clichés radiographiques du coude permettent de réaliser le diagnostic de non-union du processus anconé et parfois de l’OCD et de la fragmentation du processus coronoïde
· Le scanner est plus précis que les radiographies pour un diagnostic définitif, mais présente une marge d’erreur de 15%
· S’il existe une suspicion de fragmentation du processus coronoïde ou d’OCD, l’arthroscopie peut être proposée, car bien qu’invasive, elle permet le traitement des éventuelles lésions dans le même temps.

Traitement :
· L’animal est anesthésié et le membre et la hanche a opérer sont entièrement tondus
· Une incision est réalisée sur le coude.
· Lors de fragmentation du processus coronoïde et de l’OCD, le fragment est ôté. En cas de non-union du processus anconé, il est soit enlevé, soit refixé par une vis. En cas d’incongruence, une section osseuse permet de la corriger.

· Les plans musculaires, graisseux et cutané sont refermés.
· En cas d’arthroscopie, les incisions sont au nombre de 3, mais de petite taille.

Soins post-opératoires :

· Des soins sont prodigués à votre animal, le contrôle de la douleur post-opératoire est gérée au besoin avec de la morphine
· Chez vous, des médicaments seront prescrits pendant quelques jours
· La boiterie est franche en post-opératoire, s’amenuise ensuite pour disparaître vers 3 semaines à 1 mois après. L’arthroscopie présente l’avantage de rendre le post-opératoire immédiat plus confortable. La récupération reste cependant variable d’un chien à l’autre· Surveillez les signes d’infection qui incluent gonflement, rougeur douleur et écoulements
· Pendant les 6 semaines post-opératoires, le repos strict est de rigueur (marches en laisse pour les besoins). Les courses, sauts et jeux sont proscrits. L’ctivité sera ensuite progressivement augmentée

Taux de réussite :

· La plupart des chiens avec une non-union du processus anconé seront améliorés par l’intervention (environ 60% retrouvent une fonction normale, 30% vont mieux, et 10% n’en tirent pas bénéfice)

· Environ 75%des chiens atteints de fragmentation du processus coronoïde ou une OCD du coude tireront bénéfice de la chirurgie. Malheureusement, l’acte chirurgical ne permet pas d’éliminer l’arthrose présente dans l’articulation. En conséquence, certains chiens pourront conserver une raideur ou des boiteries suite à de gros efforts ou lors de changements de temps

· Les chiens qui ont des articulations sévèrement inflammatoires présentent un taux de succès moindre

Complications :

· Comme lors de toute chirurgie, des complications peuvent survenir. Bien que rare, un décès lors de l’anesthésie peut survenir. Grâce à l’utilisation de protocoles anesthésiques modernes et d’appareils de monitorage (ECG, oxymétrie pulsée), le risque est minimisé

· L’infection est une complication possible malgré l’utilisation de techniques de stérilité stricte pendant l’intervention
· Une ankylose articulaire ou une boiterie peuvent persister en raison de l’arthrose

Merci à ce site pour leurs explications.